France-Chili

Suivez la situation au Chili. Blog indépendant et alternatif.

Violación de Derechos Humanos en Chile

Partageons les bonnes idées


Suivez la situation au Chili. Ce blog est indépendant de tout organisme officiel et ne reçoit aucune subvention!


La situación actual que se vive en Chile arroja muertos, heridos, secuestros, torturados, violaciones. Esta página proporciona los datos necesarios para actuar en caso de violación de tus derechos humanos en Chile.

Apoyamos la difusión de los actos de atropello de los derechos humanos en Chile ejecutados por Carabineros, Fuerzas Armadas y civiles desconocidos en autos con patentes tapadas. ‬


Teléfono: 28878650

e-mail denuncias@indh.cl

Formulario de denuncias INDH


La organización Amnesty International está en Chile ahora vigilando cómo se comportan las autoridades en relación a las protestas en curso.

Han establecido un equipo donde las personas pueden presentar pruebas de violaciones de los derechos humanos!

La prueba se puede enviar por WhatsApp al +52 55 6217 0608 o por correo electrónico a crisisamericas@amnesty.org para que sean investigadas.

 

Denuncias, seguimientos y ubicación de detenidos escriba a CDH@DERECHO.UCHILE.CL pintando en la imagen.


26/11

Après Amnesty International c’est au tour de Human Rights Watch d’accabler l’état chilien et son président  pour de graves violations de droits de l’homme commises par les Carabiniers, la force armée chargé de maintenir l’ordre dans le pays.

« (Santiago, le 26 novembre 2019) – Les forces de la police nationale du Chili (« Carabineros »), ont recouru à une force excessive contre des manifestants et commis de graves violations à l’encontre de détenus, après que des milliers de Chiliens soient descendus dans la rue le 18 octobre et dans les semaines qui ont suivi, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Human Rights Watch a rencontré le Président Sebastián Piñera le 26 novembre et a recommandé une série de réformes visant à prévenir les abus policiers et à renforcer la surveillance, à la suite de preuves solides d’un recours excessif à la force et de violences à l’encontre de manifestants et de passants. Depuis le début des manifestations jusqu’au 21 novembre, l’Institut national des droits de l’homme (INDH) a déposé 442 plaintes pénales au nom de victimes présumées de telles violences. »

Lire la suite sur le site Human Rights Watch France

(Santiago, Chile) – Miembros de la policía nacional de Chile (Carabineros) cometieron graves violaciones de derechos humanos, que incluyen uso excesivo de la fuerza en las calles y abusos en detención, luego de masivas protestas que comenzaron el 18 de octubre de 2019 y continuaron durante varias semanas, señaló hoy Human Rights Watch.

Human Rights Watch se reunió con el Presidente Sebastián Piñera el 26 de noviembre para hacerle entrega de un informe que incluye evidencia sólida de uso excesivo de la fuerza contra manifestantes y transeúntes, y recomendaciones orientadas a prevenir abusos de Carabineros y a fortalecer sus mecanismos de supervisión. Desde que comenzaron las manifestaciones y hasta el 21 de noviembre, el Instituto Nacional de Derechos Humanos (INDH) presentó ante el Ministerio Público 442 querellas en representación de víctimas de presuntas lesiones, tratos crueles, torturas, abusos sexuales, homicidios y tentativas de homicidios atribuibles a fuerzas de seguridad.

Lire la suite sur le site Human Rights Espagne


23/11/2019

Abrumador informe sobre el actuar del Estado de Chile.


Víctimas de traumas oculares presentarán querella colectiva contra Piñera

« La Coordinadora de Víctimas de Traumas Oculares, recientemente creada, ya suma más de 40 familias y cada día aumenta su número de miembros. A su juicio, la responsabilidad recae en el Presidente, y por ello convocaron a una manifestación para este jueves al mediodía en las afueras de La Moneda, día en que presentarán la querella. Además, ayer un parte médico confirmó que Gustavo Gatica -quien de momento no es parte de la querella- perdió la vista totalmente. »

Fuente interferencia.cl


12/11/ 2019

Les femmes chiliennes de l’étranger s’organisent pour rendre visible la violence sexuelle au Chili.

Du vendredi 8 à mardi 12 novembre des femmes de différents endroits de la planète se sont organisées pour réaliser une action collective afin de rendre visible la violence politique et sexuelle qui sévit au Chili depuis le 18 octobre dernier, moment où une explosion sociale s’est déclarée dans le pays.

Sous la consigne « Le Chili s’est réveillé », le pays sud-américain a été témoin des manifestations qui ont fait sortir des millions de chiliens dans la rue depuis 24 jours.

Pendant cette vague de protestations qui selon les sondages est soutenue par plus de 80% de la population, les manifestants exigent des conditions de vie plus justes et la nécessité d’une nouvelle Constitution, qui soit garante des droits des citoyens.

Les Chiliens ont pâti du côté sombre et amer des manifestations, à travers une répression brutale de la part des forces armées et policières du pays.

L’Institut National des Droits de L’Homme donne les chiffres suivants : 283 actions judiciaires présentées, dont 5 pour homicides, 6 pour tentatives d’homicide, 192 pour torture et sévices et 52 pour violences sexuelles, qui incluent obligations de se dénuder par menace, coups, attouchements et pénétrations sexuelles par des Carabiniers. Ces derniers chiffres sont ceux qui sont à l’origine du soulèvement des chiliennes dans le monde.

Dans 19 villes du globe : Auckland, Bristol, Bruxelles, Copenhague, Quito, Dublin, Édimbourg, Santa Monica, Chicago, Grenade, Madrid, Séville, Amsterdam, Londres, Mannheim, Melbourne, Nairobi, Paris, Sidney des manifestants se sont réunies pour réaliser une performance et exiger la fin de la torture et des violences sexuelles, avec la phrase : « Le Chili, le pays où avorter est illégal mais où avec un uniforme on peut violer et assassiner ». Avec leurs corps inscrits, des casseroles et des pancartes, des personnes des différents pays ont levé leurs voix à l’unisson, et, comme ils le signalent, « il n’y aura pas de répit jusqu’à ce que des légales soient entreprises et jusqu’à ce que le Président demande pardon et mette fin à cette vague de terreur que nous vivons ».

Des actions judiciaires ont été entreprises dans différents pays afin de créer une action au niveau international, car au Chili rien n’est fait par les organismes de justice pour l’instant.

Télécharger le document 


Mujeres en el extranjero se organizan para visibilizar la violencia sexual en Chile

Descargar el documento

Entre los días viernes 8 y martes 12 de noviembre, mujeres en distintas partes del mundo se organizaron para llevar a cabo una acción colectiva para visibilizar la violencia política sexual que se está ejerciendo en Chile desde el pasado 18 de Octubre, cuando comenzó el estallido social que vive el país.

Bajo la consigna “Chile Despertó”, el país sudamericano ha sido testigo de movilizaciones que han sacado a millones a la calle, en los últimos 24 días. En esta ola de protestas, que según encuestas son validadas por más del 80% de la población chilena, los manifestantes han salido a exigir condiciones de vida más justas y la necesidad de una Nueva Constitución desde la cual se garanticen de manera efectiva derechos a los ciudadanos.

La cara amarga de la manifestación se ha vivido desde la brutal represión por parte de las Fuerzas Armadas y policiales del país, donde, como se expone desde las cifras que el Instituto Nacional de Derechos Humanos de Chile, ya se han presentado 283 acciones judiciales, de ellas 5 son querellas por homicidio, 6 por homicidio frustrado, 192 por tortura y tratos crueles, y 52 por violencia sexual, las que incluyen desnudamiento, amenazas, tocaciones y penetraciones de parte de Carabineros de Chile. Esta última cifra es la que genera la acción que han levantado chilenas en el mundo.

Descargar el documento

Con la frase ​“Chile: donde amar y abortar es ilegal, pero con uniforme se permite violar y asesinar”,​ y en ​19 puntos del globo (Auckland, Bristol, Bruselas, Copenhague, Quito, Dublín, Edimburgo, Santa Mónica, Chicago, Granada, Madrid, Sevilla, Amsterdam, Londres, Mannheim, Melbourne, Nairobi, París, Sidney), se congregaron las manifestantes a realizar la actividad performática, exigiendo el término de la tortura y violencia sexual que se está ejerciendo de parte del Estado chileno. Con sus cuerpos, cacerolas, lienzos y carteles, personas de distintos países levantaron la voz y, como señalan miembras de la coordinación, no van a descansar “hasta que se tomen las acciones legales correspondientes, el Presidente pida perdón y se termine con esta ola de terror que se está viviendo”. A su vez, señalaron que ya han comenzado en distintos países los caminos de acción judicial correspondientes, de manera de que se genere a nivel internacional la acción que en Chile no se está llevando por parte de los organismos de justicia.

Descargar el documento


Nous avons reçu cette vidéo depuis Toulouse

Le collectif d’artistes Chiliens et français résidents à Toulouse participent à la création d’une performance pour la dénonciation de la violation aux droits de l’homme au Chili courant ces derniers jours de manifestations.


9/11

Télécharger le témoignage

Nous avons reçu le témoignage suivant 

Carlos Manzano Fernandez

04/10/2019

Cher.e.s Lecteurs.rices

Je m’appelle Carlos Manzano Fernandez, J’ai 25 ans, je suis musicien. J’habite actuellement à Temuco, dans le sud du Chili. Dans mon pays je suis reconnu en tant que chanteur du groupe de musique urbaine BIG APPLE, et je suis compositeur musical pour la compagnie du théâtre 4Elementos.

Ce n’est pas une surprise que le regard du monde soit aujourd’hui posé sur le Chili. Un pays décrit comme un « oasis » par le président Sebastian Piñera il y a quelques mois. De façon contradictoire ce même président a décrété l’état d’urgence dans tout le pays et le couvre-feu dans de nombreuses villes, envoyant la police et les militaires pour réprimer les civils et les manifestants pendant les manifestations et aussi dans les bidonvilles.

Mardi 22 Octobre, vers 21h, Je rentrais à mon domicile après une journée de travail ayant dirigé des ateliers artistiques dans les guettos de ma ville, Temuco.

Télécharger le témoignage

Vers 22h30, je marchais avec ma guitare en main, vers l’intersection de Pedro de Valdivia et Javiera Carrera (il est important de signaler que à Temuco il n’y a pas de couvre-feu) lorsque 5 militaires me tirent dessus, face à quoi je cours me réfugier dans une résidence.

Certains voisins ne m’ont pas laissé rentrer. J’ai vécu en chair propre le manque d’humanité. Le manque d’empathie chez mes compatriotes. Je n’ai réussi qu’à me cacher sous une voiture stationnée dans la résidence. Les militaires m’ont arrêté, donné des coups de pieds, des coups de poings au crâne, dans les côtes, ensuite m’ont soulevé jusqu’à un camion situé à 50 mètres. Dans une station essence SHELL.

Le militaire m’ayant détenu m’a interrogé :

« Tu es le dirigeant des criminels qui sont contre nous ? Pourquoi tu nous tire dessus et nous lance des pierres si nous sommes venus prendre soin de vous ? »

Je ne faisais que rentrer chez moi avec ma guitare

« Je ne te crois pas. Quelle est ta profession ? »

Je suis musicien

« Ah ! Musicien. T’as l’aspect d’un révolutionner, alors on va jouer avec tes mains. »

Ils m’ont brûlés les mains, m’ont attaché avec des attaches en plastique jusqu’à me couper la circulation sanguine. Ils m’ont menacé de me clouer les pieds, de me taper avec leurs fusils jusqu’à perdre conscience, ils ont essayé de me jeter du camion.

Leur capitaine est arrivé, il dit : « Pourquoi est-il détenu ? Violence contre les forces armées. Ne dites ni n’écrivez rien que vous n’ayez pas vu. »

J’imagine qu’ils savaient que je ne faisais que rentrer chez moi. Après quelques minutes, vers 1 heure du matin ils ont enlevé les attaches, je n’ai pas pu faire constater mes lésions à ce moment-là.

Puisque je n’ai pas été livré à la police, ni emmené à aucun commissariat. En faisant la garde le militaire qui m’a torturé me menace en disant :

« J’espère qu’on se croisera à nouveau, pour t’arrêter et te buter. Tu ne vas pas t’en sortir comme ça. »

Je n’ai pu rentrer chez moi que vers 2AM, ce qui veut dire que j’ai été détenu pendant au moins 3 heures dans ce camion.

Télécharger le témoignage

Suite à cet événement, des militaires m’ont contacté par les réseaux sociaux afin de savoir si j’allais bien. Ce à quoi je n’ai pas répondu. Je suis repéré, sans aucun doute. Ils connaissent mon adresse, mon lieu de travail.

Mardi 29 Octobre, j’ai échangé avec Mlle A. Gutierrez de l’institut National des droits de l’Homme au téléphone, qui a pris mon témoignage, et me met en contact avec l’avocate Manuela Arroyo, qui prend à charge mon cas et portera plainte.

On me recommande urgemment de faire constater mes blessures. Pour officialiser ma plainte. Je suis parti à 18h au CESFAM situé sur la rue Pedro de Valdivia vers le secteur de Chivilcan.

Ils n’ont pas voulu me prendre en charge. Car la démarche légale à suivre est de venir accompagné de la police comme témoin. Aucun Policier n’a voulu m’accompagner.

« Nous ne pouvons te prendre en charge d’aucune façons, car tu as un « ISAPRE » (système privé de santé) tu devrais payer 18.000 Pesos (25 Euros) mais le document ne portera pas le nom de constatation de blessures. Ce ne sera pas un document officiel. »

Je suis bénéficiaire du PRAIS (bénéfice de santé gratuite que donne l’état aux enfants et petits-enfants de détenus politiques, disparus, et torturés en dictature de Pinochet).

« Je suis désolée, ma patronne me confirme que nous ne pouvons pas prendre votre plainte sans un policier présent. »

J’ai dû aller dans une clinique privée, (Clinica Alemana) pour faire constater mes blessures, et payer 50.000 Pesos (71 Euros). Ce qui me semble humiliant, m’attriste, et me fait sentir impuissant. Mais il me fallait ce papier pour porter plainte, j’ai donc payé. Je n’ai toujours pas de numéro de dossier pour ma plainte, j’en déduis donc que le dossier est en étude.

Je suis aujourd’hui en suivi psychologique avec la psychologue Ana Vera, professionnelle qui accompagne gratuitement les détenus et victimes de torture dans la ville de Temuco.

Depuis, j’ai eu fait des apparitions dans les journaux télévisés Mardi 29 Octobre, sur CHV et CNN Chile, en donnant mon témoignage. Je suis exposé à des représailles. J’ai été menacé et je demande protection.

Télécharger le témoignage

04/10/2019 – Temuco, Chili – Témoignage de

Carlos Manzano Fernandez


Violé et menacé de mort par des policiers. Le témoignage poignant d'un étudiant homosexuel chilien

Violé et menacé de mort par des policiers*. Le témoignage poignant d'un étudiant homosexuel chilien.Josué Maureira, 23 ans, est étudiant en médecine à Santiago du Chili. Dans ce témoignage bouleversant, il raconte comment il a été torturé, violé, menacé de mort et victime d'insultes homophobes par des policiers dans la nuit du 21 au 22 octobre. Son récit est révélateur à la fois de la répression meurtrière subie par la jeunesse chilienne depuis son soulèvement le 14 octobre, mais également de sa détermination impressionnante, appelant la jeunesse chilienne à “ne pas s’arrêter de lutter”. Un message de combat et d'espoir valable pour la jeunesse du monde entier.*Les “Carabineros” sont une force militaro-policière dépendant du ministère de l'intérieur chilien

Publiée par Révolution Permanente sur Dimanche 3 novembre 2019



INDH presenta querellas por torturas sexuales de parte de carabineros

El Mostrador


Sergio Micco, director ejecutivo del INDH, y el oscuro caso de los abusos en la comisaría de Carabineros de Pedro Aguirre Cerda

El estallido social y la respuesta de las instituciones de Fuerzas Armadas y policías ha puesto en el centro el rol del Instituto Nacional de Derechos Humanos (INDH), entidad que desempeña un papel similar al cumplido por la Vicaría de la Solidaridad en la época de la dictadura. En entrevista con El Mostrador, el director ejecutivo de la entidad, Sergio Micco, enfatiza que en la actual revuelta –con estado de emergencia y toque de queda incluidos- las manifestaciones han sido en general muy pacíficas, y advierte que para que la fuerza pública actúe dentro de la legalidad, tiene que hacerlo según los protocolos y usando la fuerza sólo en casos estrictamente necesarios, sin abusar con bombas lacrimógenas u otros medios aún más violentos. Hasta ahora, el INDH ya ha presentado 17 querellas criminales asociadas a torturas con violencia sexual, puntualiza.      El Mostrador


La respuesta de Amnesty International face aux violations de droits de l’homme au Chili. 

https://www.cnnchile.com/lodijeronencnn/aministia-internacional-violaciones-dd-hh-traumatizando-sociedad_20191030/ 


Anuncio del Colegio Médico de Chile: más de 100 personas han recibido impacto de balas y perdigones en los ojos.

https://www.adnradio.cl/noticias/nacional/colegio-medico-anuncio-que-mas-de-100-personas-perdieron-vision-tras-manifestaciones/20191027/nota/3971817.aspx 


 

Leave A Comment

Votre email ne sera pas publié.

vel, venenatis, suscipit id, ipsum facilisis