France-Chili

Suivez la situation au Chili. Ce blog est indépendant de tout organisme officiel et ne reçoit aucune subvention!

La situation au Chili au jour le jour.


Suivez la situation au Chili. Ce blog est indépendant de tout organisme officiel et ne reçoit aucune subvention!

Sigue la situación en Chile. ¡Este blog es independiente de cualquier organización oficial y no recibe ninguna subvención!


Partageons les bonnes idées.

Edito du 12/11/2019

par Jorge Orellana Benado

Tout va très vite au Chili.

Aujourd’hui 12 novembre le mouvement social qui à commencé le 18 octobre, a pris un tournant (un de plus!) avec une grève générale convoqué par 129 organisations sociales. 

Massives manifestations ont eu lieu pacifiquement dans les plus importantes villes du pays. À Santiago selon le porte-parole du gouvernement 80.000 personnes ont défilé dans le calme, la chaîne CNN Chile annonce que 100.000 mil personnes ont répondu à l’appel de grève dans la ville de Concepcioón, deuxième ville du pays.

Les groupes très violents qui ne font pas partie des manifestants ont provoqué d’importants dégâts dans les rues de Santiago, Valparaíso, Concepción ainsi que dans le nord  et sud du pays. Ils agissent à chaque fois pendant ou après les manifestations pacifiques. Aujourd’hui un degré supplémentaire dans la violence de ces groupes a été vue dans plusieurs lieux du pays. Parallèlement l’absence de forces de police était notoire à ces endroits!

Une déclaration de partis de l’opposition couvrant un spectre inédit dans la réalité politique chilienne place le président face à ses responsabilités, lorsque la veille il avait proposé de « réformer » la Constitution. Cette déclaration se base sur la mise en place d’un Plébiscite, une Assemblée Constituante et d’une nouvelle Constitution. 

Télécharger la déclaration des partis d’opposition en français ici

La déclaration dit dans son point n° 3 « : La proposition du gouvernement d’un Congrès constitutionnel s’éloigne à la fois de la demande populaire de participation et de délibération. 

Pour l’opinion publique, ainsi que pour les experts et les organisations de la société civile, seule une assemblée constituante et démocratique permettrait de garantir une large participation des citoyens et conférerait une légitimité absolue au processus. 

Cette institution délibérante, composée de délégués élus démocratiquement et s’interdisant d’assumer de futures responsabilités, doit être convoqué exclusivement pour élaborer le nouveau texte constitutionnel qui doit être soumis à un référendum… »

Télécharger la déclaration des partis d’opposition en français ici

Le président viens de faire une nouvelle intervention sur la TV chilienne (il est 3 heures du matin en France) pour proposer un « pacte » à l’ensemble de la classe politique basé sur 3 points : la recherche de la Paix, la Justice et une nouvelle Constitution, sans donner aucune indication précise sur comment il compte mettre en place ses propos.

Les premières déclarations après son passage sur la TV national est de déception car les gens avaient besoin d’un autre type d’intervention, même chez ses partisans l’incompréhension s’est fait sentir. 

Il a fini en disant…que Dieu bénisse tous les chiliens…oubliant qu’il est le président de la République du Chili !


12/11/2019

Huelga nacional en Chile.

Grège Générale qu Chili

Confirmado: el martes 12 de noviembre todo Chile se para.
El llamado es claro: Se detiene toda la capacidad productiva del país.- Los poderosos sindicatos portuarios, mineros y transporte ya confirmaron un despliegue masivo en cada ciudad.


L’appel est clair: toute la capacité de production du pays est arrêtée. Les puissants syndicats des ports, des mines et des transports ont déjà confirmé un déploiement massif dans chaque ville.


Se suman – Participent

1 Coordinadora Nacional de Trabajadores/as NO+AFP
2 FECH, Federación de Estudiantes U de Chile
3 FEUC, Federación Estudiantes PUC
4 CONFECH
5 ANEF, Agrupación Nacional de Empleados Fiscales
6 CUT, Central Unitaria de Trabajadores
7 Colegio de Profesores
8 Confederación Salud Municipal, CONFUSAM
9 Coordinadora Feminista 8M
10 UKAMAU
11 FENAPO, Federación Nacional de Pobladores
12 CONES, Coordinadora Nacional de Estudiantes Secundarios
13 AFDD, Agrupación Familiares de Detenidos Desaparecidos
14 AFEP, Agrupación de Familiares de Ejecutados Políticos
15 Coordinador de Organizaciones de DDHH y Sociales
16 Plataforma Chile Mejor Sin/TLC
17 Movimiento Defensa del Agua y Tierra MODATIMA
18 Confederación FENPRUSS
19 Confederación Bancaria
20 Coordinadora de Sindicatos del Comercio y Serv Fin
21 CONFEDEPRUS
22 SINTEC
23 Federación Contratista Anglo American Minas
24 EVEP Espacio Vinculante por una Nueva Educación Pública
25 MUMS, Movimiento de diversidad sexual
26 MAT Movimiento por el Agua y los Territorios
27 Red de Sitios de Memoria
28 Coordinadora Nacional de Ex Presas y Presos Políticos Salvador Allende
29 Mesa Social por el Derecho a la Salud
30 FENATRAFAR Federación Nacional de Trabajadores de Farmacias
31 Coordinadora Nacional de Inmigrantes Epicentro
32 Federación de Colegios Profesionales
33 Fundación Constituyente XXI
34 Rede de Comunicadores Populares Werquen Rojo
35 Confederación de Trabajadores del Cobre CTC
36 Sindicato Nacional de Trabajadores del Líder SIL
37 Confederación de Trabajadores Forestales de Chile CTF
38 Confederación Nacional de Trabajadores Metalúrgicos CONSTRAMET
39 Federación Nacional de Trabajadores de Call Center FETRACAL
40 Sindicato Nacional Interempresas de Trabajadores de Agencias de Aduanas de Chile
41 Consejo Nacional de Trabajadores de la Educación
42 Secretaria Nacional de la Salud Pública
43 Secretaria Ramal del Comercio
44 Confederación de Gente del Mar CONGEMAR
45 Sindicato Profesionales y Técnicos Aguas Andinas
46 Federación Nacional Manipuladoras de Alimentos FENAPA
47 Confederación Nacional de Trabajadores Públicos y Privados CGTPP
48 Confederación Nacional Unitaria Transporte y Afines CONUTT
49 Confederación de Trabajadores de la Minería y Servicios Integrales CONTRACOMS
50 Coordinadora Chile Federación Sindical Mundial
51 Sindicato Interempresa de la Gran Minería y Ramas Anexas SITECO
52 Federación de Asociaciones de Funcionarios Universidad de Chile FENAFUCH
53 Fundación Emerge
54 Fundación Saberes Colectivos
55 Federación Nacional de Asociaciones de Salud Pública FEDASAP
56 Sindicato Starbucks Chile
57 Federación Nacional de Trabajadores Independientes FENATRI
58 Comité de Allegados de la Agrupación de Vendedores Ambulantes de Santiago
59 Coordinadora Eloísa Díaz
60 ACAUCH, Asociación de Académicos Universidad de Chile
61 ALAMES Chile
62 SIDARTE
63 Coordinadora Los Sin Tierra
64 ASEMUCH, Confederación Nacional de Funcionarios Municipales de Chile
65 CORPADE, Coordinadora de Padres y Apoderados por el Derecho a la Educación
66 ANATRAP, Asociación Nacional de Trabajadora/es del Patrimonio
67 MUD, Movimiento por la Unidad Docente
68 Marca AC
69 Red Semillas Libres
70 Federación UST
71 Sociedad de la Igualdad
72 Defensoría Popular de las y los trabajadores
73 Movimiento Pobladoras/es Vivienda Digna
74 Mueres en Red
75 Organización Poderosas
76 FMC Federación Minera de Chile
77 CONDEPP Consejo Nacional por la Defensa del Patrimonio Pesquero
78 Sindicato Interempresa Lider SIL
79 SCAC Sociedad Civil por la Acción Climática
80 Sindicato N° 1 de empresas Metrogas S.A.
81 Sindicato de Estibadores Portuarios de Valparaíso
82 Sindicato de Estibadores de San Vicente
83 Fuerza de Bases
84 ISP Internacional de Servicios Públicos
85 ANCOSALUD Asociación Nacional de Consejos de Usuario/as de Salud
86 Fundación la Casa Común
87 FENATRAFAR Federación Nacional de Trabajadores de Farmacias
88 Comité Vivienda Santiago Multicolor
89 Coordinadora Metropolitana de Pobladores
90 Federación Unión Nacional de Trabajadores y Trabajadoras a Honorarios del Estado
91 Antimafia Chile
92 Coordinadora de Comités de Allegados de La Pintana
93 NO más TAG
94 Los Sin Tierra, Comité de Allegados
95 Sociedad Civil por la Acción Climática
96 Asamblea Feminista
97 Cumbre de los Pueblos
98 Asociación Chilena de Barrios y Zonas Patrimoniales
99 FENFUSSAP, Federación de Funcionarios de las Seremis de Salud
100 Saberes Colectivos
101 Acción
102 Coordinador Chile FSM, Federación Sindical Mundial
103 Amnistía Internacional Chile
104 Sindicato de Seguridad Pública
105 Asamblea Organizaciones Sociales y Políticas Provincia Cordillera
106 Pintana Solidaria
107 Fundación Daya
108 Mesa Social Cerrillos Maipú
109 Coordinación Naciones Originarias RM
110 Plataforma Política Mapuche
111 REDUCH, Red de estudiantes por la sustentabilidad de Chile
112 Viernes por el Futuro, Santiago
113 Coordinadora 40 Horas
114 UPCH, Unión Portuaria Chile
115 Coordinadora Cannabica de Chile
116 Defensoría de la Discapacidad
117 Fundación Decide
118 CONAECH, Confederación Nacional de Asistentes de la Educación de Chile
119 Cabildo San Esteban
120 Corporación Olof Palme
121 Unidad Social Arica Parinacota
122 Federación Los Bronces
123 Fundación Seamos Salud
124 Fundación Chile Movilizado
125 Mignee Fest
126 Mesa Social La Granja
127 Movimiento Sin Fronteras
128 ASECUT, Asociación de exonerados Políticos Exdirigentes CUT
129 Federación Nacional Funcionarios SEREMIS Regionales


11/10

Después de una reunión en la casa del Presidente, el ministro del interior declara a la prensa:

« …vamos a enviar una propuesta para buscar impulsar un acuerdo amplio para que tengamos un mecanismo de cambio constitucional que incluso pueda derivar en una nueva Constitución“, comentó en televisión. » Fuente elmostrador.cl

 



10/11

Dramático llamado al presidente para que ordene a los Carabineros no seguir disparando a los rostros de los manifestantes.  Fuente elciudadano.com

Llamado a paro nacional por la confederación de trabajadores del cobre.  Fuente adnradio.cl


Director de la Universidad de Valparaíso :

¿Una AC quedaría por sobre las actuales autoridades?

En una AC, el actual sistema político y sus instituciones, como el Poder Ejecutivo y el Congreso, puede seguir funcionando según la institucionalidad vigente, y este otro proceso acontecer y desarrollarse en paralelo, de modo que no se ponga en riesgo una invasión de atribuciones. Por lo mismo, es compatible tener una AC y que el país funcione con su institucionalidad. La AC no pondría en riesgo el estado de derecho que nos rige actualmente. Fuente latercera.com



8/11


El Premio Nacional de Historia, Gabriel Salazar, abordó el estallido social que se ha vivido en el país desde el 18 de octubre pasado y aseguró que en perspectiva histórica se trata de un “hecho frecuente, casi endémico”, aunque indicó que actualmente se trata de una “revolución de la mentalidad de la ciudadanía”. También el rol de las Fuerzas Armadas, la reacción de la clase política e incluso su propia participación en la “Revolución de la chaucha” de 1949 fueron algunos de los temas en los que el intelectual profundizó en conversación con Última Mirada. Fuente cnnchile.com


Hier pendant la journée, le président Piñera réunit le CONSENA, organisme de Sécurité Nationale crée par Pinochet au Palais de La Moneda. On vous laisse en téléchargement la réponse du président du Senat chilien, deuxième personalité de l’etat chilien, qui manifeste son total désaccord avec cette convocation. Texte en espagnolTexte en français


6/11/2019


El personal del INDH afirma su desacuerdo con las declaraciones del director del Instituto hechas en el canal 13. Fuente el mostrador.cl


Juzgado declara admisible querella contra Piñera por delitos de lesa humanidad. Fuente eldesconcierto.cl


5/11/2019

Fuente: @piensaPrensa en Twitter

Más de 100 escritores se reúnen en Cabildo para discutir ideas de participación en el movimiento ciudadano que ocurre en Chile desde el 18 de octubre del 2019

Fuente: culto.latercera.com


Polémicas declaraciones del director del Instituto de Derechos Humanos de Chile “aquí no ha habido violación sistemática de los derechos humanos, despierta reprobación en los rangos de la oposición al gobierno de Piñera. 

Source Canal13


Parmi les initiatives approuvées figure le projet de modification du chapitre XV de l’actuelle Constitution, qui concerne les plébiscites, et la réalisation d’une assemblée constituante. 7 votes pour, 6 votes contre.

Si vous ne nous écoutez pas on va crie encore plus fort. Nouvelle constitution!

Entre las iniciativa aprobadas se encuentra el proyecto para modificar el capítulo XV de la Constitución actual, que se relaciona con los plebiscitos, y la realización de una Asamblea Constituyente

La comisión constitucional en la cámara aprueba por 7 votos a favor y 6 en contra proyectos para una nuevo proceso constituyente. 

Source CNN Chile


4/11/2019

Termómetro Social Octubre 2019

Descargar el documento en pdf pinchando en la imagen.

Une large majorité au Chili approuve le mouvement social en cours dans le pays depuis 2 semaines. L’enquête du « Baromètre social d’octobre 2019 » laisse voir très clairement les 3 demandes des citoyens, demandes transversales et intergénérationnelle: la santé, l’éducation et et les retraites.

Ces 3 piliers du système ultra libéral qui règne sur le Chili depuis l’imposition de la Constitution Pinochet il y plus de 30 ans sont remis en cause par les citoyens, qui depuis 2 semaines se réunissent en « cabildos », assemblés populaires qui ont lieu le long du pays (voir un exemple -en français- sur la rubrique Point de vue).

Descargar la encuesta completa en formato pdf aquí


01/11/2019

La première plainte pour homicide qualifié est déposée contre Sebastián Piñera et Andrés Chadwick. Notice à lire en espagnol.

Interponen primera querella criminal por homicidio calificado a Sebastián Piñera y Andrés Chadwick


Des chiliens manifestent avec les Gilets Jaunes dans les rues de Paris, filmé avec humeur!


Ecoutez l’émission du journaliste Pierre Haski:

Le Chili en crise : comment recréer un pacte social inclusif ?


Pour nos lecteurs et amis non hispanophones voici une sélection faite par Solidarité Chili qui vous permettra de vous informer sur la situation actuelle dans notre pays.

Liberation
Le Monde
L’Expess
Lundi Matin
Radio Canada
France TV
Mediapart
RFI
Radio Parleur
El Desconcierto
 
Vous pouvez suivre les réseaux sociaux de Solidarité Chili pour connaître les activités et les informations que nous organisons et partageons :
Facebook
Instagram
Twitter


“La Marcha del Luto”: Mujeres marcharon en homenaje a los caídos frente a La Moneda

La marche du deuil: les femmes marchent jusqu’à La Moneda en hommage aux personnes “mortes”

Source eldesconcierto.cl


Kramer en Recoleta:


31/10/2019

Consecuencias económicas de la anulación des cumbres internacionales en Chile. 

Fedetur, federación que agrupa a las empresas de turismo, ha estimado que el perjuicio de la cancelación de estos dos eventos, sólo como impacto directo por pérdida de ingreso de divisas al país, es de aproximadamente US$40 millones. Esto considera sólo los gastos directos que realizarían las delegaciones y que ahora no harán.

Para la COP25 se había estimado la llegada de unas 25 mil personas, mientras que para la APEC la estimación indicaba que llegarían al país unas 7 mil personas de 21 economías. Source eldinamo.cl


30/10/2019

Hier soir nous étions en direct sur notre page Facebook 

Veillée pour les personnes mortes au Chili depuis le 18 octobre. Collectif Solidarité Chili avec France-chili.com

Ce soir à Paris veillée pour les personnes mortes au Chili depuis le 18 octobre. Collectif Solidarité Chili avec France-chili.com

Publiée par Jorge Orellana Benado sur Mercredi 30 octobre 2019

© Jobenado pour france-chili.com

© Jobenado pour france-chili.com

© Jobenado pour france-chili.com


30/10/2019

Un científico se revela contra la situación que vive el país y la inacción de sus colegas.

Tremenda dignidad y valentía la del profesor, científico de la Universidad de Chile Claudio Gutierrez.

Publiée par Owana Madera Mac-kilrroy sur Mercredi 30 octobre 2019



Declaración de académicas y académicos desde Francia sobre la situación en Chile

Desde el 17 de octubre, Chile está sacudido por un gran movimiento social y popular que se inició por el descontento que provocó el nuevo aumento del precio del metro en Santiago, rechazo que significó poco a poco un cuestionamiento de las dificultades de la vida cotidiana, de las inmensas desigualdades sociales y, finalmente, del “modelo” neoliberal chileno, heredado del periodo de la dictadura civico-militar y que se ha prolongado, en muchos planos, desde la transición democrática de 1990. Frente a esas reivindicaciones sociales y políticas masivas, que gozan de un amplio respaldo de la población chilena, la respuesta del gobierno de Sebastián Piñera fue esencialmente represiva, decretando el Estado de emergencia, el toque de queda en varias regiones y desplegando las fuerzas armadas en el espacio público, una militarización que no se había visto desde los años de la dictadura.

Descargar la declaración completa aquí


29/10/2019

Edito:

Más allá de los hechos que destruyeron un sector del centro de Santiago y que se produjeron durante gran parte de la tarde, el cambio « cosmético » de gabinete, hecho con bombas y platillos en los salones de La Moneda, no aportó ningún anuncio de reformas o proposiciones concretas, excepto una llamada a la unidad y ayuda « temporal » hecha por la nueva vocera de la presidencia, ahora ex-intendenta de Santiago y su llamado a todos los « que tienen influencia » políticamente o en las « redes sociales » a condenar la violencia de los « encapuchados », grupo que estimó una primera vez en 7000 personas para luego rebajar la cifra a 6500.

Ni una palabra, ni un gesto de empatía tuvo Rubilar con los miles de heridos, muertos, torturados, secuestrados ni tampoco hizo alusión a las violaciones de carácter sexual que se están investigando por parte del Instituto de Derechos Humanos.

El gobierno carece de conducción política y Piñera no está (intelectualmente) capacitado para proponer otra cosa que « volver a la normalidad ». El filosofo Hugo Herrera explicó en CNN porqué la « oligarquía » chilena ha perdido el control de la situación social del país. También pueden leer una reseña histórica que tiene vigencia aún en Chile pinchando aquí.

Según la nueva vocera la marcha de ayer fue convocada por la redes sociales y se llamaba « Marcha de los guerrilleros » y al igual que la manifestación convocada hoy frente al palacio de La Moneda estas marchas NO están permitidas…sin embargo dijo esperar que la manifestación de hoy sea de otra índole que la de ayer (… Plop exijo una explicación).

La estrategia era transparente, culpabilizar y condenar las violencias de los encapuchados y proponerse como los garantes del orden y de la « normalidad » para que el país vuelva a funcionar.

Al mismo tiempo, una masiva convocatoria (según Rubilar llamada « Marcha de los guerrilleros ») se reunió pacíficamente en el entorno de la Plaza Italia para luego intentar avanzar por la Alameda hacia La Moneda. La marcha fue pacífica hasta que un grupo de encapuchados se enfrentó con los Carabineros. Antes de eso, se vio a los carros lanza aguas enfrentar directamente la cabeza de la marcha. Tenían como misión impedir que esta pudiera llegar hasta la plaza de la Constitución.

El paseo Bulnes fue también escenario de graves enfrentamientos durante parte de la tarde y hasta llegar la noche.

En Plaza Italia los encapuchados quemaron los accesos al Metro Baquedano y en la esquina de la Alameda con Santa Rosa provocaron un incendio de grandes proporciones, mientras los bomberos intentaban controlarlo, entre las piedras y los chorros del los carros lanza agua.

Hoy la manifestación está convocada al frente del Palacio de La Moneda.

Ayer el presidente Piñera se retiró de La Moneda a eso de las 17h (hora de Chile).

JOB


28/10/2019 21/24H hora en Francia

Nueva manifestación desde Plaza Italia hacia la Moneda


28/10/2019

Nouvelle manifestation Place de la République au cœur de Paris pendant qu’au Chili le remaniement de quelques 8 ministres a eu lieu. Des centaines de manifestants essaient d’aller vers le Palais de La Moneda ou les nouveaux ministres se trouvent.


Gracias a Gabriel Escorza por el montaje y envío de este video.


Les étudiants chiliens en France

Lettre ouverte au Président Macron

Au lendemain d’une journée de mobilisation historique au Chili, plus d’une cinquantaine d’étudiants chiliens en France adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron, afin d’inviter le président à condamner publiquement les actions de l’État chilien: « Vous avez le devoir moral, et la responsabilité politique, de vous mobiliser face aux horreurs commises »

 

Monsieur le Président, 

Nous nous adressons à vous aujourd’hui, en qualité d’étudiants chiliens en France, pour vous faire part de notre profonde douleur, mais surtout de notre terrible inquiétude, face à la violence brutale avec laquelle l’État chilien réprime nos concitoyens à l’heure actuelle ; une violence digne des années les plus sombres vécues sous la dictature d’Augusto Pinochet.

Lire la suite sur Mediapart


28/10/2019

Se precisa la acusación constitucional contra el presidente Piñera!

Pinche la imágen para leer la noticia. Source Cooperativa.cl

Petición el línea sobrepasa las 250.000 mil firmas en un día!

Descarga aquí el documento en pdf de la acusación constitucional.


Luego de varios días de trabajo en el contexto del Estado de Emergencia, organizaciones del área jurídica de la Casa de Bello y de otros espacios institucionalizaron la iniciativa levantada por el Centro de Estudiantes de Derecho para prestar servicios de forma voluntaria a víctimas de la represión policial y militar. Dentro de las denuncias constatadas figuran casos de estudiantes miembros de la comunidad universitaria. Source uchile.cl


Presse France

http://www.slate.fr/story/183333/amerique-latine-chili-manifestations-emeutes-sebastian-pinera-injustice-inegalites Source Slate.fr

83% de los ciudadanos apoya las manifestaciones sólo un 13,9% aprueba al gobierno. Source CNN ChilePlus d’un Chilien sur cinq est descendu dans la rue vendredi après-midi pour exprimer son mécontentement. Source Le Parisien


Manifestation à Paris samedi 26/10/2019


Marsella Manifestation samedi 26/10/2019

 


El ex entrenador de la selección chilena (que había rechado dar la mano del entonces presidente Piñera durante su primer mandato) envía mensaje al pueblo de Chile.

Source La Tercera

© La Tercera


24/10/2019

Se viriliza video!

Militares disparan a un manifestante en el sur de Chile


26/10/2019

Piñera anuncia cambio de gabinete y término de estados de emergencia


25/10/2019

Au moment de la historique manifestation d’hier la chef du Service Médico-Légal déclare que les corps trouvés calcinés dans un supermarché (pris d’assaut par le vandales) ont une « autre » cause de mort. Elle aurait reçu l’ordre de « quitter » son poste. Lea lo que realmente pasó. Source El Desconcierto.


Vendredi, 25 Octobre, 2019

Carmen Castillo dans l’Humanité : « Les multinationales possèdent tout : la terre, les montagnes, l’océan… »
Rosa Moussaoui
Chili. La réalisatrice Carmen Castillo décrit un mouvement horizontal, cristallisant le rejet d’un modèle inégalitaire et le refus, parmi les jeunes des classes populaires, d’endurer encore des conditions de vie indignes. Entretien.

L’écrivaine et cinéaste franco-chilienne Carmen Castillo a travaillé auprès du président Allende. Après le coup d’État de 1973, les militaires ont abattu son compagnon Miguel Enriquez, chef du Mouvement de la gauche Révolutionnaire (MIR) ; elle-même, gravement blessé, a trouvé refuge en France. Au cœur du soulèvement populaire elle porte aujourd’hui une « mémoire vivante ».

Quelle est l’atmosphère des marches populaires qui se succèdent au Chili ?

Carmen Castillo. C’est une ambiance extraordinaire, par la multitude des collectifs et des organisations impliqués, par l’originalité des pancartes brandies, pleines d’humour dans l’expression des demandes sociales, par le souffle que donnent à ce mouvement la jeunesse des quartiers populaires et les étudiants. Toutes les générations sont emportées par cet élan. Ce qui s’affirme, c’est le refus de céder à la peur, la détermination à tenir la rue. Personne ne se laisse prendre au festival de démagogie mis en scène par le discours, mardi soir, du président Sebastián Piñera, qui affiche un grand mépris devant les exigences exprimées par les Chiliens.

Les images du déploiement militaire face au mouvement populaire ont soulevé partout dans le monde une vague d’émotion, d’indignation. Quelles formes, quelle ampleur revêt la répression ?

Carmen Castillo. L’Institut des droits de l’homme, un organisme d’État, a recensé cette semaine 18 morts et plus de 1000 arrestations. Des cas de torture ont été mis en lumière. Mercredi matin, lors de la manifestation autour du métro Plaza Baquedano, au centre de Santiago, on a découvert les traces d’un centre clandestin de torture. Des investigations sont en cours. Des protestataires ont, semble-t-il, été torturés dans une aile de la station de métro. La maltraitance est manifeste, les arrestations d’étudiants se multiplient, le déploiement de l’armée est pesant. La population est en alerte, des témoins filment les scènes de violences. À ce jour, le ministère de l’Intérieur se montre incapable d’établir un bilan précis, et même de publier les noms des personnes tuées. Mais ce qui est frappant, pour nous qui vivons ces évènements, c’est que cette répression n’arrête rien. Ils ne parviennent pas à susciter le repli. Le déploiement d’une armée prête à tirer ne produit pas l’effet recherché, celui de nous faire rentrer à la maison. Cette réponse répressive, la posture martiale du gouvernement, qui se dit « en guerre », a provoqué, au contraire, un regain de mobilisation. Mercredi, les protestataires ont franchi le périmètre interdit, la marche a continué son chemin. Un groupe, en ce moment-même, danse la cueca sous les fenêtres du palais de la Moneda, malgré l’impitoyable répression en cours dans le centre-ville. Les Chiliens occupent la rue. J’ai subi le coup d’État, la dictature. Mon indignation de voir l’armée ainsi déployée ne produit en moi aucune paralysie, bien au contraire. Nous-mêmes, les plus vieux, sommes portés par cette disparition de la peur.

Comment expliquez-vous l’ampleur prise par ce mouvement qui, parti d’une révolte contre la hausse des prix des transports, semble mettre en cause le modèle néolibéral ?

Carmen Castillo. La hausse du prix du ticket de métro a allumé une révolte d’abord propagée par les étudiants. Le gouvernement leur a dit : « Vous ne payez pas les transports ». Ils ont répondu : « Nos parents, nos grands parents, eux, paient. Nous nous mobilisons pour eux ». Ces jeunes ont attiré dans la contestation des familles entières. Le 18 octobre, à 18 heures, le gouvernement a décidé d’arrêter le métro, bloquant au centre ville 100 000 personnes qui ne pouvaient plus rentrer chez elles. Voilà comment le mouvement a pris corps : il est né d’une prise de conscience, du refus de subir encore des conditions de vie indignes. C’est une explosion sociale, nationale, populaire, contre un système qui a cru pouvoir régler les affaires de la société par le marché, les abus, l’exploitation des plus pauvres. Le clivage social au Chili reflète une situation de lutte des classes, avec, d’un côté, les riches appuyés par un petit secteur des classes moyennes, et puis, de l’autre côté, les pauvres et la plus grande partie des classes moyennes, qui subissent de plein fouet le système. Cette société est coupée en deux.

Qui sont les manifestants sortis spontanément dans la rue ?

Carmen Castillo. Le moteur de ce mouvement, c’est une jeunesse transversale. Pas seulement les étudiants : tous les quartiers populaires sont dans la rue, avec cette jeunesse précarisée, sans emploi. Tout a commencé par un grand « ça suffit ! », avec le refus de payer si cher des transports en commun drainant chaque jour 2,5 millions de passagers. Le métro a été attaqué, incendié parce qu’il est le symbole même de ce système, d’une modernité bien réglée. On marche, on prend le métro, on subit des trajets de deux heures, on va travailler, on obéit. Et il faut payer, en prime, des prix exorbitants pour ceux qui perçoivent le salaire minimum. Le métro cristallise, comme les supermarchés, comme les pharmacies qui vendent à prix d’or les médicaments, le refus de la réponse de marché, de la corruption. Il y a une raison sociale à ces violences. Les grands médias fustigent en boucle le vandalisme, dans le but de faire refluer le mouvement. Sans succès : dans les quartiers populaires, les habitants se sont auto-organisés pour défendre les petits magasins, pour faire face à la délinquance, aux bandes domestiquées qui s’attaquent aux pauvres. Mais ce qui est complètement nouveau, c’est que les manifestations s’étirent jusqu’au cœur des quartiers riches.

Comme celles des gilets jaunes en France…

Carmen Castillo. Oui ! Comme en France, les protestataires ont investi ces quartiers chics, c’est complètement inédit. Ce que nous vivons ici devrait d’ailleurs alerter le gouvernement français, et tous les gouvernements de la planète dévoués au néolibéralisme. Le Chili était, de ce point de vue, le système parfait. On ne pouvait pas s’attendre à ce qui est venu. Ici, dans ce laboratoire du néolibéralisme, ça fonctionnait très bien : le soi-disant ruissellement n’est jamais arrivé ; la population endurait l’oppression, elle était ligotée par la consommation, les cartes de crédit, l’endettement. Avec, bien sûr, une société pour les pauvres et une société pour les riches. Une éducation pour les pauvres, une éducation pour les riches. Idem pour le système de santé, les transports, etc. Au Chili, les gens subissent une immense cruauté. Les choses sont en train de bouger, même s’il est impossible de prédire l’issue de ce soulèvement. Ce qui est évident, c’est que l’évènement a eu lieu et que rien ne peut plus être comme hier. Je participe, avec mon collectif de l’école populaire de cinéma, à des actions, des micros ouverts, des projections d’images, des assemblées de quartier. Ces rendez-vous fédèrent tout le monde, autour de revendications sociales et du sentiment que la vie n’est plus vivable, qu’il n’y a plus rien à perdre. Il y a des syndicalistes, des écologistes, des féministes, des citoyens engagés dans des collectifs ou des groupes de quartiers, des gens seuls qui se retrouvent avec d’autres. C’est magnifique. Vous savez ce que l’on ressent quand on a le privilège de vivre un tel éveil…

Comment jugez-vous les premières réponses avancées par le président Piñera ?

Carmen Castillo. Elles sont stupides, burlesques. Au Chili, de toute façon, la classe politique ne fait plus de politique depuis longtemps. Ils pensaient pouvoir gérer cette situation en déployant l’armée, en décrétant le couvre feu en mobilisant la rhétorique de la guerre et de l’ennemi intérieur : ça ne marche pas. Une hausse du salaire minimum est envisagée, mais elle serait prise en charge par l’État ! Personne n’est dupe de ces petites mesures. L’aveuglement de ce pouvoir est celui de tous les pouvoirs néolibéraux au monde. Ils sont tous pareils. Ils ne savent pas comment vivent les gens, ce qu’ils pensent. Après un demi-siècle, bientôt, de néolibéralisme au Chili, les mots qu’emploient partout les gens dépourvus d’organisation, dans les lieux de rassemblement, tissent une parole authentique, d’une intelligence sidérante. On ne peut plus les berner. Ils n’ont pas réussi à occuper complètement les têtes avec leurs histoires de consommation, de marchandise et d’argent.

Ces dernières années, l’Amérique latine est devenue le théâtre d’une contre-révolution pour anéantir les politiques populaires expérimentées par la gauche. Les mouvements de protestation qui se développent aujourd’hui, au Chili et ailleurs, expriment-il le rejet de cette reprise en main par les tenants du néolibéralisme ?

Carmen Castillo. Je l’espère. Je ne peux parler que du Chili. Je suis cinéaste : j’ai besoin du tangible. Je suis en train de tourner des images avec des jeunes cinéastes, vidéastes, qui filment les évènements en cours. Ce qui surgit aujourd’hui, c’est l’inattendu, l’imprévisible de l’histoire. Je l’ai toujours répété, j’ai voulu le dire dans mon film « On est vivant » : il n’y a pas de fatalité, jamais, c’est nous qui faisons l’histoire. Il faut donc tenir, tenir contre l’impossible. D’innombrables mouvements sociaux ont précédé ce soulèvement. À chaque fois, nous perdions. Mais nous ne perdions pas tout : la preuve est là, ça ressurgit et ça prend. Les abus sont trop forts, la conscience de l’injustice est trop grande. Les luttes, depuis 2006, sont incessantes, elles se sont heurtées à ces gouvernements se prétendant de gauche, qui n’ont fait qu’administrer le modèle néolibéral de Pinochet. Bien sûr, on ne peut comparer les trente années écoulées à l’ère de la dictature mais les politiques conduites tout au long de cette période n’ont fait qu’aggraver l’injustice et le saccage. Au point que le Chili appartient totalement, désormais, aux multinationales. Elles possèdent tout : l’eau, les montagnes, la terre, l’océan, l’électricité, les transports. Tout ! La lutte pour l’eau, dans le Chili d’aujourd’hui, est une lutte profondément anticapitaliste. Le mot révolution n’a pas été levé ces jours-ci. Mais des lignes de perspectives apparaissent, avec la revendication d’une assemblée constituante, l’appel à une nouvelle constitution. Chaque jour, de nouvelles pistes sont défrichées. Le mot « égalité », ce mot formidablement dense, qui avait été évacué du vocabulaire politique au profit du mot équité, vide de sens, fait aujourd’hui son retour. Il est brandi dans les marches, avec le mot « liberté ». Au point où nous en sommes, ce que je ressens, c’est que ces archipels de luttes peuvent créer un continent populaire où la majorité des Chiliens pourra se retrouver.

Quelle place tiennent les organisations politiques, syndicales, dans ce mouvement horizontal ?

Carmen Castillo. Les syndicats y sont impliqués, ils ont lancé un appel à la grève, le pays est à moitié paralysé. D’autres organisations, actives depuis des années, sont engagées, comme le mouvement « no mas AFP », qui demande l’abolition du système de retraite par capitalisation hérité de la dictature. Ses porte-parole sont dans la rue, à l’antenne des radios, sans être à la tête du mouvement. Le peuple mapuche vient de publier une déclaration très forte, avec un appel à élargir la mobilisation et à s’organiser dans les territoires indigènes. La parole mapuche est très importante dans le Chili d’aujourd’hui… L’attitude de Daniel Jadue, le maire communiste de Recoleta, au nord de Santiago, est formidable, il se tient au côté des protestataires, comme Jorge Sharp Fajardo, le maire de Valparaiso, militant de Convergencia social. Les députés communistes et quelques figures du Frente amplio disent « non » et refusent toute négociation en catimini. Mais ce n’est pas par là que ça passe. Des collectifs, des individus se retrouvent et marchent ensemble. On ne voit pas de dirigeants politiques dans la rue. Ce mouvement horizontal, sans leaders, trouve ses articulations à la base, hors des cadres traditionnels.

Les révoltés chiliens regardent-ils vers les soulèvements populaires en cours ailleurs dans le monde ? Ont-ils le sentiment de participer à un mouvement global ?

Carmen Castillo. Jusqu’ici, les protestataires s’exprimaient en marchant, en chantant, au travers de cacerolazos, avec peu de prises de parole. Ils commencent à prendre le micro et lorsqu’ils le font, la parole qui jaillit est intarissable. Certains font la connexion avec une crise planétaire du système néolibéral. Comme si le néolibéralisme n’arrivait pas à mourir, et que nous étions dans le temps long de l’agonie d’un monde, avec des sursauts du mouvements social contre ce système fondé sur l’exploitation, l’injustice et la cruauté. Mais la conscience d’un mouvement global n’est pas répandue pour l’instant. Elle viendra. Pour l’instant, nous en sommes encore à nous reconnaître entre nous, à vivre au jour le jour, à surmonter les tensions et les peurs pour faire perdurer cet élan. Cette conscience viendra, car il y a de frappantes similitudes entre les explosions sociales contre cette logique économique et son modèle de société.

Vous avez pris part, au côté d’Allende, à l’expérience de l’Unité populaire. Vous avez subi dans votre chair l’innommable violence de la dictature de Pinochet. Comment ce mouvement résonne-t-il aujourd’hui en vous ?

Carmen Castillo. Vous savez, quand on survit à tout cela, on porte en soi une mémoire vivante. Je ne ressens pas de nostalgie. Je regrette simplement que ma génération n’ait pas su transmettre assez cette histoire, la façon dont nous faisions de la politique dans ces années-là. Nous aurions du raconter davantage et mieux, aux Chiliens et au monde entier, comment Salvador Allende a consacré toute sa vie à la construction de cette alliance politique qui a gagné les élections. Il était tout le contraire d’un démagogue : c’était un éducateur du peuple, un homme d’un grand courage, porté par une éthique, une intelligence politique, un attachement profond à l’unité. Nous aurions du faire vivre la pensée de Miguel Enriquez, celle du pouvoir populaire et de l’action directe. Aujourd’hui, je suis habitée par eux, je suis avec eux dans la rue. Cette mémoire des vaincus reste une énergie qui s’incarne aujourd’hui dans ce mouvement populaire. En y prenant part, je ne pense pas au coup d’État. Ce n’est pas ça que j’ai en tête quand je traverse le couvre-feu. J’affronte, avec cette jeunesse révoltée, les enjeux d’aujourd’hui, avec l’expérience du passé. Ce que je porte en moi de Salvador Allende, de Miguel Enriquez et de mes amis assassinés, torturés, disparus, ce n’est pas leur mort. C’est leur vie.

Entretien réalisé par Rosa Moussaoui


 

 

Source CNEWS


La respuesta (con la ayuda de Dios) de Sebastian Piñera hoy 26/10 a la histórica manifestación de ayer 25/10/2019


La TV chilienne montre les manifestations dans le pays, hier 25/10/2019


Vue depuis la Place d’Italie aussi vers l’Alameda.


Almas sensibles abstenerse! Âmes sensibles s’abstenir


Vue depuis un drone!


Au plus près de la manifestation!


Manifestation historique à Santiago du Chili, plus de 1,5 million de personnes dans la grande Avenue Alameda et la Place Baquedano connue sous le nom de Place d’Italie.


Le football chilien dans la tempête insurrectionnelle

 


Chilenos en el extranjero entregan apoyo a Chile

Comparto video de chilenas y chilenos en el extranjero, que envían su apoyo al pueblo que se manifiesta para terminar con los abusos del modelo neoliberal instalado en Chile.

Publiée par Juan Ignacio Latorre Senador sur Jeudi 24 octobre 2019


 

Déclaration du Collège des  Médecins du Chili


Fedetur/Chile nos hace llegar la información siguiente basta pinchar en la imagen para abrir el formulario.


Erika Guevara Rosas, présidente du programme Amériques, adresse un message au Président du Chili. Elle dénonce un maintien de l’ordre violent et un recours excessif à la force par les forces armées chiliennes.


Texto anónimo recibido por WS

NOS SUBESTIMARON:

1.Nos subestimaron cuando nos mandaron a comprar flores porque están más baratas.

2.Nos subestimaron diciendo que nuestra gente va hacer vida social a los consultorios. 

  1. Nos subestimaron diciendo que si madrugabamos el pasaje nos saldría más barato. 
  2. Nos subestimaron subiendo la luz y queriendo instalar sus « medidores inteligentes » 
  3. Nos subestimaron entregándoles a nuestros padres y abuelos jubilaciones indignas 
  4. Nos subestimaron cuando nos entregaban Créditos fiscales para poder estudiar 
  5. Nos subestimaron cuando la salud es un privilegio de pocos     
  6. Nos subestimaron cuando Monckeberg aseguraba que todo Chileno tenía su casa propia y dos departamentos 
  7. Nos subestimaron cuando el Ministro Varela,  hablaba de Bingos para mejorar infraestructura de colegios. 
  8. Nos subestimaron cuando en STGO inyectaban recursos millonarios al Transantiago y en Regiones el pasaje subía y subía y los sueldos eran los mismos. 
  9. Nos subestimaron cuando lanzaron una reforma tributaria que para variar favorecía al poderoso. 
  10. Nos subestimaron cuando Frei vendió la luz y el agua a los Españoles 
  11. Nos subestimaron cuando Lagos le regaló todo Chile a los empresarios 
  12. Nos subestimaron cuando a los Empresarios de Penta fueron duramente condenados « Con clases de ética » 

15.Nos subestimaron cuando Senadores y diputados se suben la dieta parlamentaria a diestra y siniestra 

16.Nos subestimaron cuando levantaron el voto obligatorio para fomentar el ausentismo 

  1. Nos subestimaron cuando llenaron los puestos de gobiernos con gente corrupta y con sed de poder 
  2. Nos subestimaron con reelecciones presidenciales y parlamentarias eternas 
  3. Nos subestimaron estigmatizando a los estudiantes de subersivos y violentos 

20.Nos Subestimaron cuando secaron nuestros ríos, saquearon nuestra cordillera, nos robaron el mar 

21.Nos subestimaron creyendo que el pueblo se quedaría callado por siempre.  

¡¡¡Hoy ya no más!!! 

Ya no somos más derecha o izquierda, no somos más ovejas que nos conformamos con Migajas. Hoy somos el pueblo de Chile clamando con una sola voz… Diciéndole a todos el mundo que no vamos a tolerar MAS ABUSOS. 

Nuestros padres y abuelos callaron por miedo a ser desaparecidos. Hoy nosotros no tenemos miedos. Los jóvenes, los escolares , los secundarios , los pingüinos están dando la batalla histórica y es obligación de todo Chileno contribuir a un buen final. Por mi familia . Por mis hijos, por mis padres y nietos Hoy digo NO MAS ABUSOS a la clase trabajadora de Chile. 

Hoy no somos ni azules ni rojos, hoy somos Chilenos y despertamos. La historia la escribimos con nuestra tinta, de nosotros depende que no sea de rojo sangre.


Nueva constitución 

http://chng.it/NJMXDxhpNB


Vocera de la Comunidad Europea deplora la violencia en Chile


 

La comunidad internacional despierta frente Piñera


Un grupo de cientistas sociales están haciendo un plebiscito ciudadano sobre la situación en Chile. Necesitamos difundirlo y llegar a la mayor cantidad de personas posible. ¡Expresemos nuestra legítima opinión! ¡Ayúdanos! (te tomará menos de un minuto)


Pour un Chili libéré article et signatures des artistes et intellectuels français. 

https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/241019/pour-un-chili-libere?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66 


Chaque nuit Delight lab , Collectif d’artistes chiliens, utilise les parois de l’entreprise « telefónica » comme arme de dénonciation. En plein coeur de Santiago, à Plaza Italia 


Le Monde

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/22/au-chili-le-soulevement-est-le-produit-de-quarante-ans-d-orthodoxie-neoliberale_6016433_3210.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook#Echobox=1571735579 

Bastamag

Ou est la communauté internationale ?

https://www.bastamag.net/Chili-manifestation-repression-morts-violences-sexuelles-armee-Pinera-Pinochet 


Los artistas de Chile piden una nueva constitución


Una mujer interpreta durante el toque de queda las canciones de Violeta Parra et de Victor Jara


Carta abierta al presidente de Chile por el juez Baltasar Garzón 


Clip #noestamisenguerra

https://www.instagram.com/tv/B3-_-QFp1EK/?igshid=15hvv5u8cw2sm 

 

1 Discussion on “La situation au Chili au jour le jour.”

Leave A Comment

Votre email ne sera pas publié.

nunc sit eget Donec at libero mi, sem, justo suscipit adipiscing