France-Chili

Blog indépendant et alternatif en français et castillan. Blog independiente y alternativo en francés y castellano.

Assemblée constituante
semaine 37

Partageons les bonnes idées.

Par la rédaction de La Neta

Bulletin quotidien : Que s’est-il passé le jeudi 16.09 à la Convention constitutionnelle ?

Ce qu’ils ont convenu hier

Les membres de la Convention se sont réunis avec leurs équipes et groupes de travail pour préparer les amendements aux règlements approuvés hier en général. Le délai pour les soumettre s’est terminé aujourd’hui à 13h37 et pour soumettre une indication, il fallait 30 parrainages de membres de la Convention pour la soutenir.

Savez-vous qui sont les conglomérats au sein de la Convention ? Dans le bulletin d’hier, nous vous avons dit qui compose chacun d’entre eux. Actuellement, il existe 12 listes qui regroupent les membres de la Convention. Ces groupes sont : Vamos por Chile, Pueblo Constituyente, Pueblos Indígenas, Colectivo Socialista, Apruebo Dignidad Frente Amplio + Independientes, Movimientos Sociales Constituyentes, Lista del Pueblo, Lista del Apruebo, Mixto (divers), Colectivo del Apruebo, Independientes por una nueva Constitución et Apruebo Dignidad Chile Digno.

Qu’est-ce qui a été budgétisé pour aujourd’hui ?

Aujourd’hui à 13h37 était la date limite pour que les membres de la Convention envoient des indications sur les règles, qui devront être discutées en plénière de la Convention la semaine prochaine.

Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

Les membres de la Convention ont travaillé 24 heures sur 24 pour recueillir des signatures en faveur des amendements préparés avec leurs équipes. La date limite pour les soumettre était aujourd’hui à 13h37 et chacun d’entre eux nécessitait 30 parrainages de membres de la Convention pour soutenir l’indication.

Selon les chiffres officiels de la Convention, quelque 1 128 amendements au règlement intérieur de la Convention, qui a été adopté en général mardi, ont été soumis. Selon les données fournies, 365 modifications ont été apportées au Règlement général, 490 au Règlement de participation populaire, 150 au Règlement d’éthique et 123 au Règlement de participation et de consultation indigène. En quoi consistent-elles ? Dans ce bulletin, nous vous donnons un aperçu de certains d’entre eux.

Avec 45 parrainages, les membres du Collectif Socialiste, Apruebo Dignidad – Frente Amplio + Independientes, et Independientes por una nueva Constitución ont présenté environ 66 indications qu’ils cherchent à mettre en œuvre dans le Règlement sur les Mécanismes, Organisations et Méthodologies de Participation Populaire et d’Éducation Populaire Constituante. Parmi eux, ceux qui ont été faits sur trois questions fondamentales pour garantir la participation : l’initiative populaire constituante, le plébiscite intermédiaire décisif et la journée nationale de délibération.

Initiative populaire constitutive (page 8 du règlement)

Qu’est-ce que c’est ? Selon la définition du règlement intérieur, il s’agit d’un « mécanisme de participation populaire par lequel une personne ou un groupe de personnes peut présenter à la Convention constitutionnelle une proposition de norme ou d’orientation constitutionnelle sur une question de nature constitutionnelle ».

Les membres de la Convention ont apporté quelques modifications à cet article. Par exemple, ils ont ajouté comme exigence qu’une personne ou une organisation est autorisée à proposer jusqu’à sept initiatives populaires constitutives et qu’une personne ou une organisation ne peut parrainer que sept initiatives. Elles précisent également que les initiatives qui visent à violer ou à aller à l’encontre des traités internationaux relatifs aux droits de l’homme ratifiés par l’État chilien seront déclarées irrecevables.

D’autre part, la proposition indique que pour que ce type d’initiative entre dans la Convention constitutionnelle en tant que norme, ainsi que celles présentées par les membres de la Convention, il faut le parrainage de 20 000 signatures provenant d’au moins 4 régions différentes du pays. Actuellement, 15 000 signatures sont requises à cette fin et il a été établi que celles qui ont recueilli 7 000 signatures seront évaluées par la Commission de participation populaire.

Plébiscite intermédiaire de direction (page 10 du règlement)

Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un autre mécanisme de participation populaire. Selon le règlement, « la Convention constitutionnelle peut décider d’organiser un plébiscite intermédiaire sur certaines normes constitutionnelles, appelant les citoyens à se prononcer au moyen du suffrage populaire universel sur l’inclusion ou l’exclusion des normes constitutionnelles dans le nouveau texte constitutionnel, conformément aux règles établies dans le présent règlement ».

À cet égard, les signataires de la convention ont également ajouté qu’ils seront empêchés d’organiser un plébiscite sur des normes qui visent à violer ou à aller à l’encontre des traités internationaux relatifs aux droits de l’homme ratifiés par l’État chilien. En outre, ils ont présenté une indication qui concerne aussi bien ce cas de participation que les autres, étant donné que l’article stipule que tous les résidents sur le territoire et à l’étranger peuvent participer à ces plébiscites à partir de 16 ans, et que la proposition établit que le vote serait volontaire pour les mineurs et obligatoire pour les plus de 18 ans.

Journées nationales de délibération (page 11 du règlement)

Qu’est-ce que c’est ? Comme le définit le règlement, il s’agit d' »instances de participation populaire qui se déroulent simultanément sur l’ensemble du territoire national ». Ces journées seront ouvertes, et toute personne pourra y assister après s’être inscrite dans le registre correspondant ».

En ce qui concerne cette instance, les 45 signataires de la Convention proposent qu’elles soient organisées un jour férié, en maintenant les caractéristiques qui incluent leur tenue sur tout le territoire national et simultanément. « La Convention, par l’intermédiaire de ses organes, promouvra et exigera les réformes nécessaires à l’approbation d’au moins un jour férié à ces fins de participation », disent-ils.

Tomás Laibe, membre du collectif socialiste qui a fait partie de la commission transitoire sur la participation populaire et l’équité territoriale d’où sont issus ces règlements, vous raconte les détails.

Constanza Schonhaut (11e district), également membre de la commission de la participation populaire et de l’équité territoriale, a réalisé cette vidéo pour que nous puissions connaître le travail conjoint (et pas seulement avec les convenants signataires), les progrès et autres indications faites pour ce règlement :

Les membres du conglomérat Vamos por Chile ont également soumis une série d’amendements au règlement intérieur de la Convention. En ce qui concerne le règlement général, ils ont préféré ne pas insister pour réintroduire les amendements qui avaient été présentés au sein de la commission du règlement provisoire, mais inclure des aspects d’ordre et de cohérence. Ils ont également préparé des amendements de fond pour inclure certains droits et libertés dans les attributions des comités thématiques, comme par exemple le droit préférentiel des parents d’éduquer leurs enfants dans le Comité des droits fondamentaux. En ce qui concerne l’éthique, les indications visent à garantir une procédure régulière, sans affecter la liberté d’expression.

Quant aux plébiscites directeurs intermédiaires, le conglomérat Vamos Por Chile propose de les abolir. Selon M. Labra, membre de la Convention, la décision a été prise parce qu’ils considèrent que « la Convention n’a pas les pouvoirs légaux de convoquer un tel plébiscite, et qu’il est irréalisable en pratique compte tenu des ressources, des modifications juridiques et du temps requis, ce qui compromet le respect du délai dont nous disposons pour rédiger la Constitution ».

En outre, en tant que groupe, ils ont décidé de parrainer les indications faites par d’autres groupes politiques, comme celle relative à l’incorporation du droit au sport dans la Commission des droits fondamentaux, présentée par les membres d’Apruebo Dignidad, Damaris Abarca et Bárbara Sepúlveda.

Traduction du Tweet

Avec @damabarca
nous avons introduit deux indications : une pour intégrer les droits des Chiliens vivant à l’étranger et une autre pour le droit au sport, à la culture physique et aux loisirs, toutes deux avec des signatures de TOUS les secteurs politiques. #HappyWed Wednesday

Pour en savoir plus sur ces indications et d’autres présentées par Vamos por Chile, vous pouvez consulter la vidéo suivante préparée par la conventionnelle Patricia Labra :

Une autre des indications envoyées au cours de la journée a été celle préparée par les membres des Mouvements Sociaux Constituants (MSC) en collaboration avec d’autres forces politiques, qui ont renforcé la proposition d’un plébiscite décisif comme l’un des mécanismes de participation au processus constituant et ont également renforcé la structure des commissions thématiques, de sorte que la Commission des Droits Fondamentaux inclue également les Droits de l’Homme et le droit à l’Education.

En outre, à travers les réseaux sociaux, les membres de la convention ont communiqué que des indications ont été présentées concernant la création d’une commission transversale avec une perspective de genre et féministe. Ils ont également demandé une définition du négationnisme dans le règlement d’éthique afin d’empêcher la diffusion d’un tel discours dans le débat public.

Nous vous laissons avec une vidéo préparée par Janis Meneses, membre du SMC, où elle donne plus de détails sur le travail effectué.

Un groupe de conventionnels appartenant à des peuples autochtones a soumis une seule indication de substitution pour le règlement qui régira la participation et la consultation des autochtones. Elle définit les règles et les principes de la participation et de la consultation des autochtones et qui en sont les bénéficiaires, renforce le Secrétariat technique et définit la composition de la Commission sur les droits des peuples autochtones et la plurinationalité. L’initiative a été soutenue par 81 membres de la Convention.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo préparée par Isabel Godoy, membre de la Convention du peuple Colla et vice-présidente adjointe, dans laquelle elle explique en détail le contenu de l’amendement proposé :

Le travail est maintenant entre les mains du Secrétariat de la Convention, qui aura pour tâche de systématiser toutes les indications présentées en temps et en forme dans un document comparatif. Celui-ci sera mis à la disposition des membres de la Convention le mardi 21 septembre afin que chacun de ces amendements puisse être débattu et soumis au vote au cours des trois prochains jours.

Quelles sont les prochaines dates importantes ?

-Lundi 20 septembre : Rédaction d’une comparaison des propositions soumises.

-Mardi 21 septembre : Comparaison disponible pour les membres de la Convention.

-Mercredi 22, jeudi 23 et vendredi 24 : Débat et vote sur les amendements en plénière.

Dans le lien suivant vous pouvez vérifier les détails de chacun des règlements de la Convention : Propositions de règlements

Autres nouvelles

Les membres de la convention Vamos du Chili accusent l’inconstitutionnalité après le vote sur le règlement intérieur

Un groupe de cinq membres de la Convention Chile Vamos – Ruth Hurtado, Teresa Marinovic, Rocío Cantuarias, Martín Arrau et Harry Jurgüensen – a envoyé une lettre à la présidente de la Convention, Elisa Loncon, dans laquelle ils déclarent que lors du vote sur le règlement intérieur « l’ordre constitutionnel a été gravement violé ».

La raison ? Au milieu de la discussion du règlement, où a été voté le quorum de ⅔ pour l’approbation des normes constitutionnelles, l’option a prévalu de remplacer ce quorum par un autre moins exigeant, si la Convention elle-même le juge nécessaire, ce qui ne correspondrait pas à ce qui a été établi dans la réforme constitutionnelle qui a donné lieu à ce processus.

« C’est une violation de l’État de droit qui est inacceptable pour tout démocrate qui se respecte. Si le Bureau et les membres de la Convention qui ont consenti à ce vote fallacieux maintiennent ce vote la semaine prochaine, lors du vote sur le règlement en particulier, les jours de la Convention constitutionnelle seront comptés », déclarent les membres de la Convention dans le document présenté, qui est intitulé « Une question de constitutionnalité ».

Affaire Rojas Vade : convention déclarée aujourd’hui au siège de la PDI

Le conventionnel Rodrigo Rojas Vade est arrivé quelques minutes avant 14h00 pour présenter sa déclaration en tant que prévenu à la PDI. Il a comparu avec son avocat Tomás Ramírez, qui a commencé à représenter Rojas Vade mercredi de la semaine dernière dans les affaires qui ont été portées contre lui récemment.

Cette diligence d’enquête intervient un jour après que son avocat a révélé une série de diagnostics cliniques dont Rojas Vade a fait l’objet ces dernières années dans l’émission Mentiras Verdaderas de La Red (Mensonges vrais sur La Red). Dans cet entretien, il a souligné que son client a souffert de la syphilis et qu’il souffre actuellement de deux maladies qui ont persisté dans le temps : la maladie de Behcet et la maladie immunitaire thrombocytopénique.

Avant que Rojas Vade ne pénètre dans les locaux, Ramírez a participé à une conférence de presse où il a donné plus de détails sur l’affaire. « La première chose à faire dans ce cas est de rassurer les gens sur l’existence des hospitalisations et des symptômes et sur le fait qu’il y a des diagnostics où il y a des différences dues à la complexité des symptômes, des maladies qui sont traitées, et aussi de générer la certitude que cela sera revu par différents domaines pour déterminer ce qui s’est passé médicalement, pourquoi ces symptômes ont été produits et aussi si cela a des effets ou non en termes de Convention constitutionnelle », a déclaré son défenseur.

C’est la première fois que le congressiste témoigne devant l’IPD et le ministère public dans le cadre des enquêtes ouvertes après avoir révélé que la maladie dont il souffre n’est pas un cancer. L’une d’elles consiste à enquêter sur un éventuel délit de parjure, après avoir indiqué dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts qu’il avait une dette pour le traitement d’un cancer. L’autre est pour le délit de trouble à l’ordre public commis en mai de cette année, dans le cadre de manifestations, et la date de cette audience sera le 30 novembre à 11 heures.

Syphilis, maladie de Behcet et thrombocytopénie immunitaire : les diagnostics du conventionnel Rojas Vade, selon son avocat.

L’avocat de la défense de Rodrigo Rojas Vade, Tomás Ramírez, a révélé les pathologies dont souffre le conventionnel depuis 2013, après avoir reconnu qu’il n’a pas de cancer. Selon ce qu’il a déclaré dans l’émission Mentiras Verdaderas sur La Red, son client a commencé à dire à ses proches qu’il avait un cancer et qu’il l’a fait en raison de la « stigmatisation sociale » attachée à la maladie.

M. Ramírez a expliqué que l’électeur a souffert de diverses maladies qui n’étaient pas le cancer, le VIH ou le sida, comme le prétendaient les rumeurs sur les réseaux sociaux, mais plutôt la syphilis. Dans l’émission, l’avocat commente que lorsqu’il a appris le diagnostic, le président a commencé à dire à ses proches qu’il avait un type de cancer, une histoire qu’il a maintenue pendant des années.

En outre, il a précisé qu’à partir de 2013, Rojas Vade a eu une série de maladies, mais que seules deux d’entre elles sont restées au fil du temps : la maladie de Behcet et la maladie thrombocytopénique immunitaire.  » Ses diagnostics ont changé : syndrome dysentérique, syndrome émétique, réaction indésirable à un médicament, syndrome vertigineux, entre autres. Il a eu deux diagnostics qui sont réitérés : la maladie de Behcet et le purpura thrombocytopénique idiopathique. Cela ne signifie pas qu’il s’agit de son diagnostic définitif, surtout si l’on tient compte du fait que maintenant, avec toutes les informations, il devra probablement recommencer à travailler avec différents spécialistes », a déclaré son avocat de la défense.

La présidente Elisa Loncon sur l’éventuel retour de Rojas à la Convention : « Ce n’est pas sain pour lui ni pour nous ».

Dans une interview accordée à Radio Duna, la présidente de la Convention, Elisa Loncon, a été interrogée sur son point de vue concernant le retour éventuel du conventionnel Rodrigo Rojas Vade au sein de l’instance. À cette question, elle a répondu : « Je ne pense pas, ce serait douloureux pour tout le monde, surtout pour lui. Le harcèlement impressionnant n’est pas sain pour lui ou pour nous, nous devons voir comment, nous verrons où va l’enquête, mais ce n’est pas le bon moment pour lui en ce moment ».

Aujourd’hui, Rojas Vade fait l’objet d’une enquête du bureau du procureur général pour avoir présenté dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts une dette pour le traitement d’un cancer, une maladie dont il a admis ne pas souffrir. « Ce qui nous correspond en tant que Convention, c’est d’exprimer très clairement notre volonté que l’affaire fasse l’objet d’une enquête et que les tribunaux la résolvent définitivement », a ajouté M. Loncon à propos de la situation.

La présidente Elisa Loncon rencontre des proches de détenus disparus

La Présidente Elisa Loncon a reçu dans l’ancien Congrès l’Agrupación de Familiares de Detenidos Desaparecidos y Ejecutados Políticos de Paine, qui a présenté sa demande de réparation des droits de l’homme. « La nouvelle Constitution sera une priorité pour garantir le respect des droits de l’homme », a déclaré Mme Loncon sur ses réseaux sociaux.

Traduction du tweet

Vérité, justice et réparation ; pour que ces mots ne restent pas lettre morte, nous écoutons aujourd’hui le témoignage de l’Agrupación de Familiares de Detenidos Desaparecidos y Ejecutados Políticos de Paine (Association Paine de parents de détenus, disparus et exécutés politiquement). Garantir le respect des droits de l’homme sera une priorité de la nouvelle Constitution.

Controverses

Les membres de la Convention ne reçoivent pas de prime de Noël

Durant les jours précédant les Fiestas Patrias, de faux commentaires ont circulé sur les réseaux sociaux concernant la prétendue remise de primes de Noël aux membres de la Convention, une situation qui n’est pas vraie et qui a été démentie par les réseaux sociaux officiels de la Convention.

Traduction du tweet

En tant que Convention constitutionnelle, nous devons vous informer que les commentaires qui circulent dans les médias sociaux au sujet de la remise des primes aux membres de la Convention sont totalement faux. Cet avantage n’existe pas.

Qu’y a-t-il demain ?

C’est un jour férié ! Du temps pour se reposer et partager en famille, car la semaine à venir sera extrêmement intense pour la Convention constitutionnelle.


Si vous aimez et utilisez ces bulletins d’information, veuillez nous suivre et faire passer le mot sur les médias sociaux. Vous pouvez soutenir le travail de La Neta ici. En cliquant, vous serez dirigé vers le site de participation en espagnol.

Les autres bulletins de la semaine en espagnol:

Semana 37 – Boletines Convención
Lunes 13.09Link: https://laneta.cl/boletin-diario-que-paso-este-lunes-13-09-en-la-convencion-constitucional/
Martes 14.09Link: https://laneta.cl/boletin-diario-que-paso-este-martes-14-09-en-la-convencion-constitucional/
Miércoles 15.09Link: https://laneta.cl/boletin-diario-que-paso-este-miercoles-15-09-en-la-convencion-constitucional/

Crédits : © La Neta

Leave A Comment

Votre email ne sera pas publié.

Donec libero velit, at Aenean felis id