Activismo Actus

Désert d’Atacama ou l’envers du décor !

Parallèlement au magnifique spectacle du Désert fleuri il existe un panorama beaucoup moins connu de cette belle région au nord du Chili.

En effet dans le port d’Iquique, distant de 1473 km au nord de la capitale Santiago, existe une Zone Franche créée depuis l’époque du président Frei Montalva ou arrivent plus de 59 tonnes de vêtements préfabriqués.

Ces 59 tonnes de vêtements sont une conséquence de la production à outrance, et de la « ferveur » des gens au Chili pour consommer à tout « prix ». Le reportage le signale, le Chili est un grand consommateur de vêtements de deuxième classe !

La carte illustre le parcours des vêtements jusqu’au port d’Iquique.

Ces vêtements sont triés en 3 catégories, la dernière, appelée « merma » en espagnol corresponde à ces vêtements qui ne trouveront pas preneur parmi le marché de vêtements de seconde main.

Sur les 59 mil tonnes annuelles, 39 mil tonnes trouvent une nouvelle voie de commercialisation. Les 20 mille tonnes restantes finissent dans les décharges du désert d’Atacama.

Presque dans l’indifférence générale.

C’est la qu’agit la société ecofibra que dans une démarche d’économie circulaire ils recyclent la « merma » pour produire des panneaux thermiques :

Panneaux d’isolation thermique

 » C’est un produit qui aide l’environnement, en réduisant la consommation d’énergie de tout le pays. Pour cela, les déchets textiles seront transformés en matière première pour la production de panneaux d’isolation thermique et acoustique, en passant par différents processus de défibrage et de thermofixage, qui sont très demandés dans le domaine de la construction de logements à un prix très compétitif par rapport aux produits ayant des caractéristiques similaires. » dit dans le reportage de DW Franklin Zepeda, Directeur de l’entreprise.

Le reportage original est de @dw.español

Version en  espagnol

En paralelo al magnífico espectáculo del Desierto Florido, existe un panorama mucho menos conocido de esta hermosa región del norte de Chile.

De hecho, en el puerto de Iquique, a 1473 km al norte de la capital, Santiago, existe una Zona Franca creada en tiempos del Presidente Frei Montalva, a la que llegan más de 59 toneladas de ropa prefabricada.

Estas 59 toneladas de ropa son consecuencia de la sobreproducción y del « fervor » de la gente en Chile por consumir a cualquier « precio ». Como señala el informe, Chile es un gran consumidor de ropa de segunda clase.

Zona Franca de Iquique, su historia (en español)

Estas prendas se clasifican en 3 categorías, la última, llamada « merma » en español, corresponde a aquellas prendas que no encontrarán comprador entre el mercado de ropa de segunda mano.

De los 59 millones de toneladas anuales, 39 millones encuentran un nuevo mercado. Los 20 millones de toneladas restantes acaban en los vertederos del desierto de Atacama.

Casi en la indiferencia general.

Aquí es donde entra en juego la empresa ecofibra, que recicla la « merma » para producir paneles térmicos con un enfoque de economía circular:

« Es un producto que ayuda al medio ambiente, reduciendo el consumo de energía de todo el país. Para ello, los residuos textiles se transformarán en materia prima para la producción de paneles de aislamiento térmico y acústico, pasando por diferentes procesos de desfibrado y termofijación, que tienen una gran demanda en el ámbito de la construcción de viviendas a un precio muy competitivo en comparación con productos de similares características », señala en el informe de DW Franklin Zepeda, director de la empresa.

Le reportage original est de @dw.español

Crédits : © Le reportage original est de dw.español

Tags: @Ecofibra#atacama#iquique#merma@ #economiecirculaire#recyclage

Leave a Reply

FR ES