France-Chili

#Culture #Découverte #Partage #Voyage #SmarTourisme
NEWSLETTER

ABONNEZ-VOUS AUX INFOS D'ICI ET DE LÀ BAS

De Atacama à Venise!

Partageons les bonnes idées.

france-chili_1_horizontal_taglineAvec le concours de Plataforma Urbana.

Le désert d’Atacama travestie Venise par des blocs de marbre extraits du nord du Chili !

venecia1

Le studio du Paysage Teresa Moller et Associés à présenté « Catch the landscape » – (Attraper le paysage) –  à la Biennale d’Achitecture 2016 à Venise, dont le curateur était Alejandro Aravena, actuel détenteur du prix Pritzker, équivalent au prix « Nobel » en architecture.

L’aménagement du paysage avec des blocs de marbre « Travertino », extraits d’une carrière du nord du Chili, dans le désert d’Atacama, veux mettre en valeur l’essence et la dimension géologique de ce matériel.

Les pièces exposées naissent à partir d’un grand bloc qui varie en taille et en superficie. Les blocs sélectionnés sont disposés en groupe dépendants de la forme et du volume de la pièce originale. Ils sont coupés d’une manière qu’on puisse en profiter pleinement, et faire d’eux un lieu de repos pour les visiteurs.

venecia2

Le marbre extrait fut trouvé durant notre expédition au Nord du Chili, dans le désert d’Atacama, lorsque nous cherchions des matériaux nativos. La carrière de Travertino a été activée depuis seulement 10 ans au Chili.

Le projet  se met en place à partir de l’idée de doter d’une valeur significative l’espace extérieur déjà existant du Secteur Arsenale à Venise. L’objectif est créer un espace de « repos » dans le paysage venitian au publique visitant l’exposition.

vencia3

Nous avons choisi de travailler avec les restes de la carrière du Désert d’Atacama.

Pour cela, on consolide un espace externe à travers l’installation de bouts de « travertino » chilien, amenés de la zone nord du pays, pour les poser face à un horizon d’eau qui actuellement se présente comme un lieu de passage, sans offrir la possibilité de « rester » au visiteur.

vencia4

Les pièces de marbre trouvées dans le désert d’Atacama ont été protégées avec des bouts de bois avant de les mettre dans les conteneurs, pour éviter qu’elles ne se cassent. Ces bouts de bois ont été réutilisés plus tard durant l’installation, à Venise, pour surélever le marbre, créant un espace entre le sol et la planche.

venecia5

Détails du marbre qui montre la beauté de son imperfection.

Le projet cherche, à partir d’une simple intervention, à donner au visiteur la possibilité d’avoir un moment d’observation et de contemplation de la beauté du paysage et de son architecture, étant ces parties importantes dans le contexte.

venecia6

Le projet « Catch the Lanscape » –  (Attraper le paysage) , cherche à créer une expérience neuve face à ce paysage, une manière différente de regarder et d’entendre cet espace ; donner de la valeur à l’extérieur, en plus d’être un lieu de repos. «  Nous avons besoin de la nature pour nous rappeller qui nous sommes », signale Teresa Moller.

venecia7

Marbre utilisé par les personnes pour s’assoir, se relacer et lire durant leur visite de la Biennale.

France-Chili remercie vivement le site www.plataformaurbana.cl  et le Estudio del paisaje Teresa Moller y Asociados pour nous permettre de faire la traduction (non sans mal!) de cette publication.


Vous pouvez aussi vous intéresser à ça – ou ça logo-handicap-mental

Crédits : © www.plataformaurbana.cl ©Estudio del paisaje Teresa Moller y Asociados © Piedad Rojas © France-Chili pour la traduction